Le centre culturel ouvert à tous

Le Quasar réuni en un seul site un centre culturel diversifié, en proposant au public une artothèque, la Bibliothèque Jacques Prévert, le Musée d’art Thomas Henry et la scène nationale du Trident (Théâtre à l’italienne).

Le mot de Louise Hallet, Directrice des musées de Cherbourg-en-Cotentin :

Quatre années de fermeture ont été nécessaires pour permettre la rénovation et la modernisation du musée Thomas Henry. Un temps long à l’échelle de notre société hyperactive, certes. Mais un temps plutôt bref au regard de l’histoire de cette vénérable institution, et des oeuvres multiséculaires qu’elle conserve.
louise Hallet
Louise Hallet
Conservateur du patrimoine, Directrice des musées de Cherbourg-en-Cotentin

Le musée Thomas Henry est né en 1835 de la volonté d’un homme, marchand d’art,Thomas Henry (1766-1836). Se voyant sans héritier, il décide de donner une partie importante de sa collection personnelle d’oeuvres d’art à sa ville natale, sous réserve que celle-ci se dote d’un musée pour les mettre à la disposition du public. L’ambition de Thomas Henry est de contribuer à l’éducation publique des  herbourgeois, en « offr[ant] des jouissances et des leçons à ceux (…) qui ont reçu de la nature le goût des beaux-arts ».

C’est ainsi que Cherbourg se dote d’un véritable trésor, et que les Cherbourgeois peuvent se targuer de disposer aujourd’hui du troisième musée d’art de Normandie en termes d’importance historique des collections.
En 1835, on aménage deux salles à l’intérieur de l’hôtel de ville pour y accueillir le musée. Une solution temporaire, qui dure finalement plus de 140 ans. Au fur et à mesure que les collections s’accroissent, le manque de place se fait plus cruel. Tant et si bien qu’en 1915, lorsque la Ville reçoit en legs 20 oeuvres de jeunesse de Jean-François Millet, elle est contrainte de remiser les toiles… au grenier !
A la fin des années 1970, l’avenir du musée s’éclaircit : la Ville décide la construction, à l’arrière du théâtre, d’un centre culturel qui abritera la bibliothèque et le musée. Les collections y sont déménagées en 1983. Le musée dispose désormais de vastes espaces d’exposition, organisés sur
deux niveaux.
En 2012, les nouvelles réglementations en termes de sécurité incendie et d’accessibilité imposent de fermer le bâtiment pour le mettre aux normes.
Le musée se saisit de l’occasion pour refondre totalement ses espaces, avec un mot d’ordre : mettre en valeur les collections et répondre aux attentes et à la curiosité des publics.
Depuis 2016, vous pouvez ainsi découvrir un musée mieux visible au sein du bâtiment et ouvert sur la ville, par l’intermédiaire d’une extension vitrée, un parcours de visite totalement remanié, qui met à l’honneur la donation Thomas Henry mais également les artistes natifs de la Manche.