Un peu d'histoire...

Le Cotentin se confond à la région naturelle que forme la presqu'île du Cotentin (les historiens nommèrent « Clos du Cotentin » ou « Isle de Cotentin »), soit le tiers du département de la Manche compris au nord d’une ligne reliant la Baie des Veys au havre de Lessay. 

À l’origine, le Cotentin fut un pays gallo-romain des Unelles, peuple gaulois vivant, dans la partie armoricaine de la « Gaule chevelue » c’est-à-dire non romanisée. Du IIe au IVe siècle, sa position maritime septentrionale lui valut quelques incursions germaniques. Mais c’est en 820 qu’apparurent les premiers Vikings, ces aventureux Scandinaves à la recherche de terres nouvelles. 

Remontant la Seine, ils assiégèrent même Paris en 885, et Charles le Simple ne s’en débarrassa qu’en leur affectant ces territoires occidentaux par le célèbre traité de Saint Clair sur Epte (911). L’acte est primordial puisqu’il donne naissance au futur duché de Normandie. « Les hommes du Nord » n’ont jamais été très nombreux par rapport aux populations autochtones d’origines gauloises, auxquelles ils s’assimilèrent vite. Ils étaient en quelques sortes les cadres de la Normandie. 

Au Moyen Âge, le pays normand et le bailliage du Cotentin couvrent le Coutançais (région de Coutances), le Corlois (région de Cherbourg), et l’Avranchin, rattaché au IXe siècle. 

La guerre de Cent Ans mis fin à l’essor de la Normandie et accumula les ruines au milieu du XIVe siècle, et vit de nombreux Normands  «collaborer» avec l’anglais redevenu maître de la province. 

Le XVIe siècle et les suivants furent des époques « de calme » où l’esprit d’entreprise des Normands s’exerça dans le grand commerce et l’organisation rurale. Il se matérialisa dans l’édification d’hôtels et de manoirs qui restent nombreux aujourd’hui malgré les destructions massives liées au débarquement des alliés en juin 1944

Le Cotentin arbore des tronçons de la Voie de la Liberté, évoquant cette période éprouvante de l’Histoire retraçant la progression des troupes alliées.

Des paysages marqués par l'histoire

un peu de géologie

Le Cotentin est un territoire géologiquement constitué du massif armoricain, à l’exception du plain, rattaché au bassin parisien. Les roches les plus dures correspondent aux caps (granite, gneiss ou grès). Celui de Jobourg dans la Hague possède la roche la plus dure et la plus ancienne. On retrouve également  d’autres massifs rocheux dans le Cotentin à Flamanville, Barneville-Carteret, Barfleur…

Qu’elles soient sédimentaires, volcaniques, plutoniques ou encore métamorphiques, on retrouve par exemple  à la mine de Diélette un minerai de fer qui s’est formé au sein des schistes du Dévonien. Le Cotentin est ainsi la seule région de France où sont conservées les traces de trois chaînes de montagnes anciennes (Icartienne, Cadomienne et Varisque).