Cidreries du Cotentin

Le cidre Cotentin, la star a son AOP

Activité artisanale par excellence, les cidres du Cotentin bénéficient de l’Appellation d’Origine Protégée Cidre Cotentin et se retrouvent aussi bien sur les bonnes tables que dans les épiceries fines ou en vente directe chez le producteur. 

Il est caractérisé par son amertume due au subtil mélange de pommes issues des vergers du Cotentin. On obtient alors un cidre corsé, plutôt brut, voire extra brut qui accompagne délicieusement bien la gastronomie normande. Les producteurs locaux se sont attachés à préserver leur terroir et leur savoir-faire pour fabriquer un produit de qualité. 

 Les cidreries proposent pour certaines des visites guidées pour une découverte du procédé d’élaboration, de la récolte jusqu’à la mise en bouteille. Les visites s’achèvent toujours par une dégustation de produits cidricoles tels que le calvados, le pommeau, le cidre ou le jus de pomme… 

 A noter, la possibilité d’assister en direct à la distillation du cidre qui deviendra eau de vie, après son passage dans l’alambic à colonne. 

Après son classement en Appellation d’Origine Contrôlée (AOC) en octobre 2016, la commission européenne a accordé au Cidre Cotentin l’Appellation d’Origine Protégée en juin 2018. 

Dominique Hutin rend le vin jaloux du cidre

Il sait mieux que quiconque la tentation de la pomme. 

Des yeux bleus et les cheveux en bataille qui soulignent son sourire fragile et bienveillant. Dominique Hutin, journaliste spécialisé en œnologie, est devenu au fil des ans l’un des plus ardents défenseurs des paysages et des produits de la Manche, et plus particulièrement du Cotentin. Il y était passé une première fois pat hasard avec un ami : “ En un instant, il n’y avait plus rien à faire : j’étais piqué !” Et puis, il y a dix ans, il franchit le pas, en venant s’installer à Agon-Coutainville. 

Mais son coup de foudre pour la région ne s’arrête pas là. Comme tous les grands passionnés, il ressent le besoin insatiable de partager son amour ! “Chaque fois que je peux parler de ce territoire dans les médias, je le fais…” Et pour cela, il a trouvé un ambassadeur fabuleux : le cidre ! “On l’a longtemps considéré comme un produit un peu boueux ! Il était grand temps d’en finir avec ça ! ”. 

Alors, dès 1995, Dominique met tout en œuvre pour que chacun, producteurs, journalistes, restaurateurs et surtout consommateurs, commencent à regarder le cidre différemment.

 

“Et tout de suite j’ai senti qu’il se passait quelque chose... J’ai organisé une dégustation de cidres à Paris. J’ai eu plus de demandes que pour des dégustations de Saint-Emilion ! C’est là que j’ai compris qu’il y avait une attente et donc beaucoup de choses à faire : on devait bouleverser les étiquettes, adopter de nouveaux formats de bouteilles. Et puis changer les codes. Certains ont découvert que le cidre pouvait se garder. Qu’il y avait des millésimes, comme dans le vin !”.

Autant d’éléments qui ouvrent des perspectives incroyablement stimulantes… D’ailleurs, les spécialistes ne s’y trompent pas. Ils viennent de reconnaître au cidre du Cotentin l’appellation AOC. La qualité du travail des producteurs est enfin reconnue. Pendant ce temps, Dominique, lui, s’est discrètement reculé, comme un metteur en scène qui dans l’ombre, se réjouit sincèrement de l’ovation que reçoivent les comédiens.