Port de pêche et patrimoine mondial de l'UNESCO

Saint-Vaast-La-Hougue est une coquette ville sur le littoral qui s’avance dans la mer comme une proue de navire, sur la côte Est de la presqu’île du Cotentin. Chargé d’un passé historique mouvementé, ce port de pêche et de plaisance est également une station balnéaire réputée. Berceau de l’huître Normande, Saint-Vaast-La-Hougue est parée de ses deux tours Vauban, joyaux du Patrimoine Mondial de l’UNESCO.

Petit bout de terre situé au large de Saint-Vaast-la-Hougue, l’île Tatihou est dominée par la silhouette massive de la Tour Vauban, sentinelle de pierres et joyau de l’architecture militaire côtière, édifiée sur les plans de l’ingénieur Vauban.

La presqu’île de la Hougue agrémentée par la seconde tour Vauban, perchée sur son promontoire rocheux, est reliée au centre-ville par une digue qui forme un isthme. Pour les annales de l’histoire maritime, Saint-Vaast-La-Hougue reste le théâtre de la célèbre bataille de la Hougue opposant les vaisseaux de la flotte française à la coalition anglo-hollandaise.

Tour de la Hougue

En 1692, avec la bataille de la Hougue dans laquelle l’amiral Tourville fut défait face à la flotte anglo-hollandaise, la baie de Saint-Vaast connut l’un des plus grands désastres navals de l’histoire de la marine française (le musée maritime de Tatihou abrite aujourd’hui des collections archéologiques sur les épaves de la flotte royale coulées lors de cette bataille).

La nécessité de sa protection se révèle dès lors cruciale. Ainsi, en 1694, l’architecte militaire français Vauban réclame en urgence la construction de deux tours, l’une continentale (la Hougue) et l’autre insulaire (Tatihou), qui protégeront, en croisant leurs feux, le mouillage des bateaux. Les travaux sont menés sous les ordres de l’ingénieur Benjamin de Combes. Ces tours tronconiques, de 20 mètres de haut se caractérisent par leurs multiples fonctions : l’observation, le tir à la mer et la communication par signaux sont un bel exemple du génie militaire de Vauban. Prévues pour 40 à 80 hommes, avec citernes et magasins, elles sont conçues de façon autonome et de manière à supporter un siège.

Ces deux tours sont mondialement reconnues au titre de l’œuvre de Vauban par le classement mondial de l’UNESCO depuis juillet 2008.

L’œuvre de Vauban comprend 12 groupes de bâtiments fortifiés et de constructions le long des frontières nord, est et ouest de la France. Ils constituent les meilleurs exemples du travail de Sébastien Le Prestre de Vauban (1633-1707), l’architecte militaire de Louis XIV.

Troisième port de pêche de la Manche, Saint-Vaast-la-Hougue est également un centre ostréicole réputé et une station balnéaire appréciée, bénéficiant d’un patrimoine architectural et historique remarquable. Son port de plaisance jouit d’une situation privilégiée au cœur d’un plan d’eau protégé. Venant de l’est et du nord, on y fait escale avant de contourner le Cotentin pour ensuite faire route vers les îles anglo-normandes et les côtes de la Bretagne. C’est aussi un port de pêche actif.

En vous promenant sur le port, poussez la porte de la chapelle des marins située au bout du quai Tourville. Cette chapelle d’époque romane, abside de l’ancienne église de Saint-Vaast, bâtie en face de la rade sur un rocher, est aujourd’hui dédiée aux péris en mer, lieu très émouvant qui appelle au respect. À l’extérieur, des modillons décorent les corniches, une Vierge à l’enfant orne son autel, elle reste ouverte en journée.

En sortant de la chapelle, longez la grande digue pour admirer les deux tours qui protègent la baie de Saint-Vaast.