Le jour où l'Europe a retrouvé la liberté !

En débarquant sur ces plages normandes, les Alliés ont un objectif clair : s’emparer du port en eau profonde de Cherbourg, afin d’intensifier rapidement les débarquements d’hommes et de matériels.

Cette opération, baptisée «Overlord» reste à ce jour la plus gigantesque de l’Histoire.

Depuis quelques semaines, Hitler lui-même s’attend à ce Débarquement mais… pas ici !

Il est convaincu en effet que tout va se jouer au nord de la Seine, à l’endroit le plus étroit de la Manche, et qu’il pourra aisément mettre hors-jeu les Alliés, et ainsi, se consacrer, à l’autre bout de l’Europe, à écraser l’Armée Rouge…

Certes, d’impressionnantes fortifications parsèment tout le littoral. L’arrière-pays du Cotentin a même été inondé par les Allemands dès janvier 1944 et protégé contre d’éventuels atterrissages par des pieux, tranchées, mines.

Mais, du fait de ce mauvais pronostic de leur état-major sur le lieu du Débarquement, les forces allemandes basées dans la Manche et le Calvados ne sont de fait ni les plus nombreuses, ni les plus en alerte.

En outre, la mauvaise météo des premiers jours de juin semble exclure toute tentative de débarquement. A tel point que le commandant allemand, le maréchal Rommel, prend la liberté d’une virée automobile en Allemagne pour célébrer… l’anniversaire de sa femme.

La fête sera de courte durée. Le temps va redevenir subitement plus clément dans la nuit du 5 au 6 juin.

Prévenu de cette accalmie le 5 juin à 4h15, le général Eisenhower prend quelques minutes de réflexion et décide d’engager l’assaut Overlord.

C’est alors que débute une gigantesque opération aéroportée. Le 6 juin, 3 divisions de parachutistes vont être lâchées derrière les lignes allemandes, pour dégager Utah Beach et prendre Sainte-Mère-Église.

Certains d’entre eux tombent par erreur au cœur du village où ils sont mitraillés par les Allemands. Plus généralement, à cause notamment du vent, de nombreux planeurs et parachutistes atterrissent assez loin de leurs objectifs.

Mais ce désordre involontaire favorise aussi la désorganisation des garnisons allemandes.

Enfin, à 6h30, cinq divisions commencent à débarquer sur les cinq plages qui marqueront l’histoire. De l’ouest vers l’est : Utah et Omaha Beach, Gold, Juno et Sword.

Les hommes tentent comme ils peuvent de progresser sur ces plages arrosées par les tirs incessants des Allemands perchés en haut des blockhaus, eux-mêmes pilonnés par les cuirassés alliés qui leur font face au large. La résistance allemande est particulièrement rude, à Omaha.

Mais à la fin de ce «jour le plus long», les Alliés ont réussi à poser le pied sur le sol français. A partir de là, ils vont réussir à établir une tête de pont sur la côte et déployer toute la logistique nécessaire à l’offensive victorieuse qui libérera l’Europe.

Reste que le bilan est terrible : ces actions héroïques ont coûté la vie à 10 000 soldats alliés, tandis que les bombardements massifs ont causé la mort de près de 2 500 civils.

Divers parcours guidés peuvent faciliter vos découvertes.

A découvrir 2 circuits en Baie du Cotentin grâce à l’application Kit M. :

  •  « Le Musée à Ciel Ouvert » de Sainte-Mère-Église – Utah Beach : – 50km – au départ de Sainte-Mère-Eglise.
    Cette sortie vous conduit à travers les marais et la campagne vers la plage d’Utah Beach. Onze points d’arrêts stratégiques vous permettent de découvrir les évènements passés grâce aux témoignages de civils, soldats, photos d’archives…
  •  « Le Circuit historique 44 » à Carentan : – 40 km – au départ de Carentan.
    Ce trajet vous emmène sur les pas de la troupe aéroportée américaine de la 101e AB. Des panneaux placés sur les sites majeurs vous racontent les faits d’armes de cette division rendue célèbre grâce à la série « Band of Brothers ».

Informations pratiques : application gratuite pour smartphone et tablette.

Char devant le musée d'Utah Beach